D’une contenance considérable de 4,6 hectares, le château forme un vaste ensemble de 280m de long par 165m de large. Il se compose au nord d’une basse cour utilisée en ouvrage avancé appelé communément « le grand Ber » et qui est entourée d’un large fossé. Au sud vers le plateau, prend place une autre basse cour très vaste entourée par un fossé et protégée par un talus renforcé partiellement par un mur maçonné. Au centre se situe l’enceinte principale d’une contenance de 3600m2. Ensemble maçonné les courtines sont composées de silex à parement et de pierres calcaire constituant les arrêtes. Cette pierre calcaire proviendrait d’une carrière située à Pont-Authou.

Cette enceinte était défendue par deux fossés dont le premier, qui l’entourant complètement, avait 39 mètres de largeur et 9 mètres au moins de profondeur.

L’épaisseur des murs avoisine 2 mètres excepté les deux pans situés en arrière du donjon dont des enduits sont encore visibles, ces deux murs sont probablement des vestiges de bâtiment intérieur annexe de la résidence seigneuriale. Les trous carrés qui se voient dans les murs du château ont plusieurs usages. Certains sont simplement des ‘trous de boulins’ correspondant à l’empreinte des traverses de bois utilisées comme échafaudage lors du montage des élévations. D’autres encore, tel qu’au sein de la tour Nord Ouest servaient à recevoir de grandes traverses de bois ayant pour but d’empêcher les dislocations des énormes masses de maçonneries ; ces traverses de bois étaient aussi parfois insérées dans les maçonneries afin de faire ‘tirer’ plus rapidement le mortier lors par exemple de réparations nécessitant une rapide remise en état. L’entrée principale se compose d’une tour porte fortifiée qui renfermait probablement à l’un des étages supérieurs la chapelle du lieu élevée sous le vocable de Saint Nicolas. La sente sise à proximité des douves sud-ouest a reçu la même appellation en raison de la proximité de la chapelle.
Tour Saint Nicolas

Un sondage archéologique réalisé en 1978 et 1979 sous l’égide de Madame Claude Gilles fit reconnaître la poterne et le passage cavalier ; les nombreux clous trouvés en cet emplacement attestant cette découverte. Deux tours semi circulaires renforcent le flanquement le long de la courtine Nord-ouest. Elles n’offrent de visible que leur base subsistante, ces tours ont pour vocation de garantir une sécurité optimale grâce à leur implantation située à portée de flèche l’une de l’autre. La tour d’angle Nord-ouest offre de très beaux restes de structure et de parement, les chaînages de pierre sont similaires à ceux rencontrés sur d’autres forteresses militaires normandes, une archère desservent le pied des douves et entrant dans le système défensif est en parfait état de conservation.
Tour Nord Ouest et sa douve

La tour circulaire Nord-est comprend encore quelques élévations et l’on peut encore apercevoir une ouverture ancienne au 1er niveau. Trois autres tours n’offrent que peu de vestiges, excepté une tour carrée semblant défendre une hypothétique seconde entrée située au sud juste derrière le donjon ; cette seconde entrée donnant immédiatement accès à la haute cour et comprenant une élévation substantielle, offrant ainsi plus de difficulté aux éventuels assaillants.

Au Sud Ouest de l’enceinte se situe le donjon, vaste ensemble rectangulaire de 18m x 16m qui a la particularité d’être chemisé intégralement, des vestiges de contreforts sont encore visibles à ses extrémités et au centre. Son parement extérieur lui a été substitué au XIIIe, entrant dans la construction de l’église d’Illeville sur Montfort et aux siècles derniers lors desquels nombre de pierres de taille ont été insérées au sein des habitations du bourg de Montfort. Il ne subsiste plus que le rez-de-chaussée et la cave souterraine, les étages supérieurs ayants étés démolis et précipités dans la salle qui se trouvait dessous.

L’Emission « Vu d’Ici » diffusée par France3 a posé ses valises à Montfort sur Risle dans l'Eure

Présentation : Magali Nicolin
Le guide : Jean Christophe Bisson ,président de l'association Montfort Culture et Patrimoine (www.amcp27.fr)

Au sommaire:
La maison Albert Lebourg
Le Chateau de Montfort sur Risle

Cliquez sur la vidéo

Nous vous rappelons que l’Association Montfort Culture et Patrimoine a fait rééditer 2 ouvrages :

  1. Histoire du chateau et de l'église de Montfort sur Risle
  2. Les Annonciades de Montfort sur-Risle

qui sont disponibles à la maison de la presse de Montfort sur Risle ou à l’Office du tourisme de Montfort ou encore à la librairie « L’Écho des Vagues » à Rouen (19 rue Alsace-Lorraine 76000 Rouen – Tél/Fax : 02 35 15 02 69 – Mèl : librairie@lechodesvagues.com - Site Internet : www.lechodesvagues.com).

Pour commander :

__« Histoire du château et de l’Église de Montfort-sur-Risle » par Mme Philippe Lemaitre__Collection Trésors de la Risle 2005 – Éditions d’Héligoland 66 p. Cliquez ICI pour commander

Vous pouvez commander également le Bulletin des Amis des Monuments et Sites de l’Eure N°119, Année 2006 – 48 p. - 5,50 Euros.

Ce numéro 119 présente deux articles liés au château de Montfort : - Le château féodal de Montfort-sur-Risle par Joël Auber (6 pages) - Histoire de la lignée des Seigneurs de Montfort du Xème au XIIème siècle par Jean-Christophe Bisson (15 pages) Cliquez ICI pour commander