Rappelons que les territoires compris entre Pont-Audemer et Montfort appartiennent aux deux familles.

Certaines paroisses telles que Colletot, Valletot ou Manneville comportent des fiefs tenus par les Montfort d’une part et par les Beaumont d’autre part.

Enfin la politique menée par les tenants des deux familles a toujours été proche.

Que ce soit envers le soutien sans faille de Guillaume le Conquérant ou au contraire lors de la conspiration de 1122 à l’encontre d’Henri 1er Beauclerc.

Nous pouvons en conclure que le territoire dit de la vallée de la Risle faisait état d’une certaine unité.

 

 

2 ) Les difficultés à définir le lignage des enfants puînés.

 

L’histoire, les chartes et les témoignages sont souvent peu loquaces s’agissant des cadets de famille.

Nos dernières recherches ont toutefois permis de lever certaines zones d’ombre.

 

  • S’agissant de Guillaume de Montfort/Beaumont 3ème Abbé du Bec, l’établissement de ses origines est à présent déterminé. De nombreuses sources ont été parsemées d’erreurs attribuant à Torsten de Bassebourg la paternité de Guillaume, Abbé du Bec, à tort.

    C’est bien du frère cadet d’Hugues II  de Montfort, Toustain, qu’est issu Guillaume et sa mère est bien Aubrée de Beaumont.

     

  • Une autre erreur souvent rencontrée se tient au lien de parenté qu’entretenait Adeline de Montfort qui épousa Guillaume de Breteuil et qui fit construire la très belle église romane de Routôt. Ici aussi de nombreux ouvrages attribuaient la paternité d’Adeline à Hugues IV de Montfort mais il s’agit bien d’une fille d’Hugues II

     

  • Une zone d’ombre importante et quelque peu élucidée tient aux derniers Montfort connus en Normandie.

Raoul de Montfort est attesté en 1203 alors qu’Hugues V est mort au combat.

Raoul semble donc le seul enfant mâle avec Henri et peut-être Guillaume à avoir subsisté au démantèlement de la Normandie par Philippe Auguste.

Qu’est-il advenu de la famille de Montfort après 1204 ?

 

Les textes, très laconiques sur le sujet , nous avisent que la famille de Montfort se serait retirée dans ses terres Anglaises.

Certes, la branche cadette dont Toustain de Beaudesert est à l’origine avait déjà déployé une branche à Henley in Arden. Cependant nous n’avons collecté aucun élément s’agissant des enfants puînés issus de Robert II de Montfort après la l’annexion de la Normandie au royaume de France.

Quelques bribes d’informations ont été collectées quant à un éventuel établissement des Montfort subsistant dans une partie de leur ancien honneur de Dozulé.

Un certain Robert de Montfort est également attesté en 1319 pour avoir donné les dîmes et les foires de Dozulé probablement à l’abbaye de Saint Barbe en Auge…

Mais à ce stade, nos recherches ne nous permettent pas, aujourd’hui, de conforter cette assertion.


L'article (publié en 2008)sur le condensé du lignage des Montfort est ici : http://www.amcp27.fr/post/2008/07/02/Condense-de-l-histoire-du-lignage-de-la-famille-de-Montfort